Les rudiments du Journalisme Mobile

Le 23 Octobre à Tunis les stagiaires de « Médias & Démocratie » ont suivi un cours d’initiation au journalisme Mobile. Une initiation assurée par Amadou Sy, journaliste formateur et Coordinateur de « Médias & Démocratie » en Mauritanie.

Amadou SY – Journaliste

Premier point à retenir au niveau technique c’est le cadrage (en fonction de votre intérêt), puis le son, la thématique et la qualité de l’audio qui est plus importante que l’image elle-même. Mais l’idéal c’est d’avoir l’image et le son.

Concernant les notions de base de la réalisation vidéo se poser toujours les questions : quel est notre sujet et quel l’aspect précis sur lequel on veut se focaliser (angle) ?

L’intervenant a indiqué que le plus important ce ne sont pas les outils, mais de bien circoncire l’histoire que l’on va raconter. On note également que le cadrage est  fonction de notre intérêt. On le fait avec des valeurs de plan (prise de vue continue). Il faut tourner au minimum 10 secondes, pour avoir plus de latitude au montage.

Ainsi donc plusieurs plans guidés par une même idée narrative, constituent une séquence. Plusieurs séquences égalent un reportage vidéo. Toujours concernant les valeurs de plans, il convient de retenir que le sujet principal doit occuper les 2/3 de l’image. Une succession de plans différents traduit le dynamisme.

Amadou a indiqué que les plans doivent être liés par une idée narrative cohérente. Ainsi il est conseillé en diversifiant les valeurs de plans, de penser à changer d’axe. Il suffit pour cela de pivoter de 30°.

Nous avons vu également vu à quel point il est important de respecter la règle des tiers, couplée au sens du regard.

S’agissant du tournage, les consignes doivent être respectées.

Pour que l’image ne bouge pas il faut un trépied ou un stabilisateur. Il s’agit d’avoir l’image la plus fixe possible. Se doter d’un petit spot pour éclairer notre sujet, dans une salle sombre par exemple.

Lire aussi=== Trois kits mojo à bas prix

Il faut éviter de filmer quelqu’un en contre-jour (entrechoc avec la lumière ou le soleil) ; il ne faut pas être en face de la lumière.

Se poser la question qu’est-ce que je veux filmer ? Il faut penser au sens qu’on veut donner à l’image.

Le téléphone peut être un outil de production finie.

Le minimum pour un plan c’est 3 secondes mais faut en filmer 10 pour avoir une marge.

Il ne faut jamais zoomer avec un Smartphone au cours d’un reportage.

On zoome avec ses pieds en se déplaçant.

Après l’entretien il faut vérifier que vous avez le son.

Pour l’interview mieux vaut, découper ses plans en fonction du nombre de questions. Idéalement changer de valeur de plan après chaque question ou deux.  

Il faut toujours avoir en tête le sujet et l’angle, choisir le cadre de l’interview, les valeurs du plan et le sens du regard de l’interviewé.

Pour faire une capture vidéo, les téléphones ont des caméras natives performantes. On peut aussi utiliser des applications comme « Open Caméra » qui est une application stable pour Android ou encore Filmic Pro pour les utilisateurs d’IOS.

Pour ce qui est du montage, deux outils sortent du lot. Il s’agit de Kinemaster pour les Android et Lumafusion pour IOS.

Bakari Gueye/ Halima Diagana et Bigué Ndiaye Sarr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :